L'OLIVIER EN GENERAL


Très rameux, au tronc noueux, à l’écorce brune et crevassée, l’olivier peut atteindre 15 à 20 m de haut et vivre très longtemps.

Il s’accommode facilement de sols ingrats, caillouteux et arides. Grâce à sa souche ligneuse où s’accumule des réserves et à son vaste réseau de racines, il est très résistant. Mais si l'olivier est capable de garder longtemps l'eau qu'il a puisée dans le sol, il aime l'eau et se porte mieux de ne pas en manquer.

Mais à l'inverse un sol saturé est un danger fatal.

Sa résistance au gel varie en fonction de l'époque, de la variété, de la durée du gel et de la taille de l'olivier. Les plus jeunes ne résisteront pas à -6°C alors que plus âgés supporteront des températures de -12° à -15°C.

Cet arbre ne meurt pas facilement. En effet, il est capable de surgeonner dans les pires conditions et même si son tronc principal est mort, d'autres départs de la souche, les souqués viendront le remplacer.

L'olivier est un arbre d'une grande esthétique ; des milliers d'oliviers sont ainsi cultivés à des fins ornementales et de très vieux oliviers parfois abandonnés sur des terres inexploitées sont rachetés par des pépiniéristes pour être replantés, et revendus.

Certains de ces oliviers ne supporteront pas le déplacement est mourront, c’est alors à moi, en les façonnant, de leurs redonner une seconde vie.


Cet arbre légendaire dépasse en longévité le chêne. Il est Chargé de légendes, l’olivier millénaire est un arbre symbole pour les peuples du pourtour méditerranéen.

Malheureusement, il n'est pas possible de connaître l'âge d'un olivier avec certitude. La dendrochronologie ne peut pas être utilisée sur une souche d'olivier. Cette essence ne présente pas de cercles de croissance nets et individualisés.

L'âge d'un individu ne peut être qu’une estimation basée sur des indices indirects (diamètre, aspect, documents historiques). Mais ses éléments reste peu fiables.

À l'état naturel, lorsqu'un olivier devient vieux, il produit des rejets (appelés « souquets ») à partir de sa souche, et, ainsi, ne meurt effectivement jamais de vieillesse. Le nouvel arbre qui le remplace n'est pas un autre olivier, mais un autre lui-même. L'olivier peut cependant mourir par l'effet du gel, de l'humidité du sol, , et probablement de la sécheresse.