Le violon en bois d'olivier, lauréat du concours des métiers d'arts

Un violon en bois d'olivier


Icône arbre

LE DEFI :
REALISER UN VIOLON EN BOIS D’OLIVIER

La lutherie en général, et l’idée de fabriquer un instrument, me passionnent depuis toujours. Né d’un père artisan sculpteur sur bois d’olivier et d’une mère musicienne, cet objectif s’est imposé à moi tout naturellement.

Depuis de nombreuses années je m’essaie à restaurer divers instruments, des plus contemporains et exotiques, aux plus anciens et mystérieux (guitare, rebab, buzuki, luth, balalaïka, saz, percussions, contrebasse électrique). Armé de ces expériences en restauration et confiant en mes compétences dans le travail du bois, c’est bien entendu la fabrication d’un instrument dans son entier qui m’a attiré. Mon choix s’est porté sur le violon car c’est, à mon avis, l’un des instruments les plus délicats à fabriquer. Il faut en effet maîtriser un éventail très large de techniques: sculpture, incrustation, ajustage à la bougie, surfaçage, tamponnage, mais aussi écoute et réglage des résonances.

C’est en rencontrant le luthier Cannetan Nicolas Chassaing et grâce à son enseignement que mon projet a pu prendre forme. Mais mon objectif n’était pas seulement de réaliser un violon, je voulais créer une pièce unique en alliant les techniques de travail de la lutherie traditionnelle et mon savoir-faire dans le travail du bois d’olivier, ce bois que je côtoie depuis mon enfance.

Au delà des qualités prodigieuses de la matière, notamment sa résistance et son esthétique, je savais que je pouvais compter sur l’enseignement de mon père et ses 50 années d’expérience intégralement consacrées au façonnage de ce bois noble et complexe.

Icône arbre

LA CONCEPTION:
ETUDE DES SONORITES ET CHOIX DES PLANS

Pour commencer, il a fallu étudier l’acoustique du bois d’olivier. En effet, personne ne pouvait présager de sa qualité sonore. J’ai donc été amené à tenter quelques expériences:

J’ai commencé par construire des boîtes rectangulaires (une en érable et épicéa, une en olivier et épicéa, une toute en olivier), boîtes dont le volume intérieur correspondait à peu près au volume d’un violon classique.

Grâce à l’aide d’un ami ingénieur du son, j’ai enregistré la courbe de fréquence qu’émettait un diapason posé sur certains points précis de la caisse. Si la boîte en olivier ne donnait pas de résonance suffisante, on obtenait avec la caisse olivier – épicéa une résonance acceptable. En modifiant certaines épaisseurs de la caisse, on arrivait même à faire correspondre la sonorité. Certes, la vibration d’un diapason métallique est éloigné de celle d’une corde frottée, mais cela me permettait de croire qu’un violon intégralement en olivier avec une table d’harmonie en épicéa et un chevalet en érable pourrait sonner aussi bien qu’un violon traditionnel en érable et épicéa. Confiant en mes résultats, j’ai pu exposer mon projet en détail à l’un des luthiers les plus reconnus de ma région et diplômé de l’école de Crémone : Mr CHASSAING.

Intéressé par la découverte acoustique que j’avais faite, celui-ci m’a guidé dans toutes les étapes et notamment dans le choix et l’étude des plans du violon.

Ainsi grâce à la maîtrise de son métier de luthier et à mes tests sur la sonorité de l’olivier, j’ai pu choisir de prendre comme modèle de violon celui du luthier GUARNERI DEL GESU.

Ce luthier italien est le plus célèbre de la dynastie des Guarneri. Il exerçait à Crémone au XVII ième siècle. Il reste aujourd’hui une soixantaine de ses instruments, et, comme les Stradivarius, chacun porte un nom. Les plus grands violonistes jouaient et jouent sur ses instruments, parmi eux Niccolò Paganini, Isaac Stern, Yehudi Menuhin, Sarah Chang, Vadim Repin, Renaud Capuçon…

Afin de me rapprocher de la sonorité d’un Guarneri, j’ai dès le départ affiné certaines épaisseurs sur le fond et les éclisses de l’ordre de quelques dixièmes de millimètre.

En savoir plus

Accès aux pages :
+ Une entreprise de père en fils
+ Le savoir faire
+ L'olivier
+ On en parle
+ Le bois d'Olivier en vidéo

+ Haut de page

Le violon en bois d'olivier créé par Guillaume Dubosq Fond du violon taillé dans une seule pièce d'olivier Détail du chevalet et du cordier du violon Détail de la volute et des chevilles du violon en bois d'olivier Grand prix SEMA décerné à Guillaume Dubosq